Ligue de Délos 1: des Origines à la Bataille de l'Eurymédon

Coûts du serveur Collecte de fonds 2024

Aidez-nous dans notre mission de fournir un enseignement gratuit de l'histoire au monde entier ! Faites un don et contribuez à couvrir les coûts de notre serveur en 2024. Grâce à votre soutien, des millions de personnes apprennent l'histoire entièrement gratuitement chaque mois.
$3098 / $18000

Article

Christopher Planeaux
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 13 septembre 2016
Disponible dans ces autres langues: anglais
X

Ce texte fait partie d'une série d'articles sur la ligue de Délos.

Le terme moderne de Ligue de Délos désigne la συμμᾰχία ou symmachie (alliance offensive-défensive) essentiellement maritime entre diverses poleis grecques, apparue après la seconde invasion des Hellènes par les Mèdes (480-479 av. J.-C.), et dissoute lorsque les Athéniens se rendirent aux Spartiates à la fin de la guerre du Péloponnèse (404 av. J.-C.) - également appelée Confédération de Délos.

Le nom de l'alliance dérive de l'île de Délos, où la Ligue abritait à l'origine son trésor. Les poleis membres se réunissaient périodiquement en synodes communs pour décider de la politique à suivre. La Ligue avait trois objectifs explicites: obtenir une revanche et des réparations de l'Empire perse achéménide, libérer tous les Hellènes de la domination mède et garantir le maintien des libertés des poleis helléniques.

Supprimer la pub
Publicité

Delian League
Ligue de Délos
Marsyas (CC BY-SA)

La Ligue de Délos connut des succès et une expansion exceptionnels sous la direction d'Athènes, mais cela conduisit également à une ingérence, des restrictions et une subordination généralisées des différentes poleis grecs dans toute la mer Égée et la Grèce continentale. Ces actions allaient finalement conduire la Ligue de Délos à un conflit d'envergure contre l'autre grande symmachie de la Grèce antique, la Ligue du Péloponnèse de Sparte et de ses alliés.

À bien des égards, les spécialistes retiennent surtout de la Ligue de Délos la guerre civile grecque dévastatrice qu'elle engendra, la guerre qui finit par la détruire, la grande "guerre du Péloponnèse".. Cette guerre, cependant, ne se déroula pas uniquement contre les Péloponnésiens, mais mit en mouvement l'ensemble de l'alliance et impliqua tous les Hellènes ainsi que les peuples de Sicile, d'Italie, de Thrace, de Phénicie, d'Égypte, de Macédoine et de Perse.

Supprimer la pub
Publicité

Le succès presque sans précédent de la ligue de Délos finit par conduire à sa perte.

Les confédérations de la Grèce antique

Les Grecs de l'Antiquité avaient eu une expérience plutôt limitée des confédérations coopératives de plusieurs poleis. Chaque polis recherchait et protégeait intrinsèquement son ἐλευθερία (elef̱thería, liberté ou "liberté extérieure") et son αὐτονομία (autonomia ou "liberté intérieure"). Ils recherchaient activement et maintenaient de toute leurs forces l'αὐτάρκεια (autarchia, indépendance ou "autosuffisance").. Par conséquent, les coalitions de plusieurs poleis se heurtaient souvent à ces passions civiques corporatives qui définissaient la nature même de la polis autonome.

Supprimer la pub
Publicité

Les alliances helléniques variaient en fonction des circonstances individuelles qui les avaient créées. Le terme grec ancien συμμᾰχία (symmachie) émet également la même ambiguïté inhérente que sa traduction anglaise. Les serments spécifiques échangés déterminaient avant toute autre considération la nature et l'étendue de chaque alliance individuelle, et aucune ne semble avoir fonctionné exactement de la même manière, que ce soit en termes de portée ou de pratique.

À bien des égards, la ligue de délos a supplanté et finalement remplacé la ligue hellénique anti-perse, bien que cette dernière n'ait jamais été officiellement dissoute avec la fondation de cette nouvelle ligue.

Les Grecs de l'Antiquité conçurent également une ἐπιμαχία ou épimachie (pacte défensif) plus restreinte, dans laquelle chaque polis venait simplement en aide à une autre en cas de menace extérieure. D'une manière générale, cependant, la symmachie élargie prendrait typiquement l'une des deux formes suivantes: une hégémonie explicite ou un accord "mutuellement contraignant" plus large.

Dans le cadre d'une hégémonie, les poleis les plus faibles, les plus petites ou les plus pauvres faisaient le serment "d'avoir les mêmes amis et les mêmes ennemis" qu'un ἡγεμών ou hégémon (lit. leader) plus fort. Ces poleis s'engageaient également à suivre l'hégémon, "quel que soit l'endroit où cette polis pourrait conduire". L'hégémon, quant à lui, pouvait ou non avoir l'obligation inverse. La Confédération béotienne de Thèbes et de ses voisins et la Ligue du Péloponnèse de Sparte et de ses alliés prirent cette forme (Thuc. 2.2.1, 4.91, 5.37.4-38.4 ; Hell. Oxy. 16.11).

Supprimer la pub
Publicité

Dans l'accord mutuellement contraignant, en revanche, toutes les poleis s'engageaient à prêter des serments entièrement réciproques, chacune acceptant de prendre conseil et de se soutenir mutuellement de manière égale. Toutefois, dans de nombreux cas, ces alliances n'établissaient pas de distinction précise entre les obligations strictement offensives et défensives de chaque polis membre. La Ligue hellénique anti-perse réunie en 481 avant notre ère prit cette forme, bien qu'elle n'ait pas eu de nom officiel (Hdt. 7.145.1, 148.1, 235.4).

En somme, les poleis qui s'engageaient dans une symmachie acceptaient nécessairement une diminution de leur liberté totale et illimitée (ἐλευθερία) pour obtenir certains avantages que leur procurait une coopération officielle et spécifique avec d'autres poleis. À bien des égards, la Ligue de Délos supplanta et finit par remplacer la Ligue hellénique anti-perse, bien que cette dernière n'ait jamais été officiellement dissoute avec la fondation de cette nouvelle ligue.

Ligue coopérative ou empire athénien?

Les spécialistes s'accordent généralement à dire qu'Athènes en vint à utiliser les attributs de la Ligue de Délos à des fins égoïstes. Beaucoup affirment en outre que les Athéniens s'engagèrent dans un impérialisme oppressif dès les premières années, tandis que d'autres soutiennent que la ligue de Délos se transforma en un "empire athénien" vers 450 avant notre ère, ou même dès 460 avant notre ère, et certainement au début de la guerre du Péloponnèse (432 avant notre ère). Cependant, tous les spécialistes de l'histoire grecque ne considèrent pas qu'Athènes ait créé ou dirigé un véritable empire, que ce soit au sens technique ou au sens propre du terme.

Supprimer la pub
Publicité

Le grec ancien ne dispose pas de mots pour désigner l'"empire" ou l'"impérialisme", qui dérivent du latin imperium (pouvoir de commander). Pour les Romains, l'imperium désignait l'autorité la plus forte et la moins restreinte sur les citoyens et les étrangers. Les Grecs de l'Antiquité ne séparaient cependant pas l'idée du pouvoir de gouverner en soi de la fonction qui l'exerçait. Des désaccords naissent, par exemple, de la manière dont on peut appliquer le concept romain d'imperium à la domination d'Athènes sur la Ligue de Délos. Son fonctionnement était-il analogue à celui des empires perse et romain?

Les Grecs de l'Antiquité en vinrent néanmoins à considérer que ce qui avait commencé comme un synode offensif et défensif de poleis grecques égales et indépendantes, créé spécifiquement pour résister aux empiétements perses dans la mer Égée et pour prendre l'offensive contre l'Empire perse lui-même, se transforma rapidement en une simple "hégémonie athénienne" et finalement en une "domination athénienne" arbitraire.

Les faits montrent qu'au cours des 30 années qui suivirent sa création, les ressources de la Ligue passèrent de l'arrêt (ou du contrôle) de la puissance de la Perse à la promotion des désirs athéniens à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Toutefois, il est difficile d'identifier et/ou d'établir la substance réelle des changements concrets dans le fonctionnement de la Ligue de Délos qui transformèrent cette coalition coopérative en une forme d'instrument impérial.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les guerres perses

Pausanias, neveu du roi spartiate Léonidas, commanda les forces helléniques combinées à Platée (479 av. J.-C.). Il dirigea également les Grecs contre Chypre et Byzance (478 av. J.-C.). Les Samiens et les Chiotes, cependant, chassèrent Pausanias après qu'il eut subi une mutinerie pour son comportement excessivement arrogant et des négociations peut-être traîtresses avec les Perses. Les Spartiates le rappelèrent par la suite.

Pausanias the Spartan
Pausanias le Spartiate
Mary Harrsch (Photographed at the Capitoline Museums, Rome) (CC BY-NC-SA)

Les Chiotes, les Samiens et les Lesbiens plaidèrent alors pour que l'Athènes ionienne remplace la Sparte dorienne à la tête de l'ensemble des Grecs. L'Athénien Xanthippe avait soutenu le roi spartiate Léotychide à Mycale, et les Athéniens Aristide, fils de Lysimaque, et Cimon, fils de Miltiade, étaient déjà devenus des voix de premier plan lors des conseils. En outre, le roi de Sparte était déjà retourné dans le Péloponnèse à cette époque. Les Spartiates, qui avaient toujours refusé de s'engager à long terme à l'étranger, ne s'y opposèrent donc pas. Sparte ne montra guère beaucoup d'intérêt (ou de volonté) à assumer la responsabilité de la mer Égée ou à étendre son influence à l'est du Péloponnèse.

Les Athéniens acceptèrent cette responsabilité par fierté et par crainte. Leur fierté découlait du rôle prépondérant joué par Athènes à Salamine et à Marathon, et leur crainte résultait de la dépendance croissante d'Athènes à l'égard d'un commerce maritime sans entraves (en particulier l'importation de céréales dans l'Attique). Les Athéniens comprirent dès le départ qu'ils avaient tout simplement le plus à perdre dans une guerre contre la Perse.

Les détails des négociations ultérieures, qui eurent lieu au large des côtes de Byzance, restèrent frustrants et obscurs, mais les sources montrent que ces Grecs décidèrent de former une nouvelle coalition distincte au lieu de maintenir ou d'étendre la Ligue hellénique anti-perse initiale. Des représentants de toutes les îles de la mer Égée et des poleis de la côte commencèrent à se réunir au début de l'été 477 avant notre ère.

Fondation de la ligue de Délos

Les anciens Grecs installèrent le siège de leur nouvelle alliance sur l'île de Délos, lieu de fête historiquement sacré pour les Grecs ioniens et doriens. Environ 36 poleis ioniennes de la côte ouest de l'Asie et de la Propontique, 35 poleis de l'Hellespont et 57 poleis de Carie et de Thrace (ou de la Chalcidique), ainsi qu'une vingtaine de poleis des îles éoliennes de la mer Égée constituaient le noyau de la ligue de Délos, soit environ 150 poleis formèrent initialement la nouvelle alliance. Aucun poleis du Péloponnèse ne se joignit à la ligue.

Un Athénien commandait les forces militaires combinées. Les Athéniens déterminaient également les poleis qui fourniraient des navires et de la main-d'œuvre et celles qui se contenteraient d'offrir des contributions monétaires. Les Athéniens désignèrent également dix ἑλληνοταμίαι ou Hellentamiai (trésoriers des Hellènes) chargés de superviser les collectes et de distribuer les fonds du temple en fonction des besoins. On peut supposer que les membres de la Ligue livraient l'argent à l'île à une date déterminée, mais les procédures exactes qu'ils utilisaient pour la collecte restent malheureusement à l'état de conjectures.

Greek Warships
Navires de guerre grecs
The Creative Assembly (Copyright)

Au milieu de l'été 477 avant notre ère, l'Athénien Aristide calcula le premier φόρος ou phoros (évaluation). Aristide examina les terres et les revenus de chaque polis membre et détermina les montants individuels "en fonction de leur capacité à payer, de sorte que le grand total soit de 460 [ou 560] τάλαντα", talenta ou talents (Thuc. 1.96 ; Plut. Vit. Ar. 24.1 ; Diod. 11.47.1) (un talent = la valeur de 25,992 kg d'argent pur). La méthode employée par Aristide reste inconnue, mais les spécialistes s'accordent généralement à dire qu'il aurait d'abord évalué tous les membres de la Ligue en fonction de leurs obligations financières, puis qu'il aurait converti les montants des poleis les plus importantes et les plus riches en contributions navales équivalentes. Les listes de tributs athéniens montrent cependant que la Ligue perçut (tout compte fait) moins de 400 talents par an jusqu'en 454 avant notre ère, époque à laquelle il y avait davantage de tributaires. Les chercheurs se demandent si les engagements navals représentaient la différence par rapport aux soldes initiaux rapportés par Thucydide et Diodore ou s'ils devraient abaisser la première évaluation rapportée (en tant que corruptions textuelles) pour correspondre aux listes de tribut.

La Ligue ne semble pas avoir envisagé de contributions de troupes terrestres lourdes ou légères, mais les sources attestent de leur présence dès 450 avant notre ère. Athènes, Chios, Samos, Lesbos et d'autres grandes poleis fournissaient l'essentiel de la flotte de la Ligue, tandis que les autres poleis déposaient chaque année les sommes requises dans le trésor de Délos. Les évaluations ultérieures (c'est-à-dire les ajustements du tribut annuel) avaient lieu tous les quatre ans.

Les spécialistes spéculent et débattent de la formulation et de la nature exactes des serments initiaux prêtés par les représentants de chaque polis membre. D'une manière générale, cependant, chaque membre acceptait "d'avoir les mêmes ennemis et les mêmes amis" ainsi que de "rester loyal et de ne pas déserter" (Hdt. 9.106.4 ; Thuc. 1.44.1 ; Arist. Ath. Pol. 23.5 ; Plut. Vit. Arist. 25.1). Chaque représentant coulait des morceaux de métal dans la mer pour symboliser la permanence de la Ligue (c'est-à-dire que l'alliance durerait tant que le fer nagerait).

Structure de la ligue de Délos

L'organisation et le fonctionnement de la nouvelle alliance s'avéraient simples: les poleis membres conservaient leur indépendance et la Ligue ne s'immiscait pas dans leurs affaires intérieures. Les membres déterminaient collectivement la politique et les actions de la Ligue lors de réunions (synodes) tenues à Délos. Chaque polis disposait d'une voix. On ne sait pas à quelle fréquence ni à quelle période de l'année se tenaient les réunions à Délos. Il est probable qu'un Athénien présidait ces réunions, mais la façon dont Athènes assurait une position prééminente dans les congrès de la Ligue divise les spécialistes.

Delos Panorama
Panorama de Délos
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Selon un point de vue, Athènes siégeait d'une seule voix dans un congrès unicaméral de partenaires (ἰσόψηφος ou isopsephos, vote égal, littéralement "caillou égal"). Dans la pratique, cependant, de nombreuses petites poleis se ralliaient souvent aux propositions athéniennes. Athènes s'imposa donc dès le début des réunions de la Ligue en rassemblant les autres membres et en mettant en minorité les poleis qui n'étaient pas d'accord avec les propositions athéniennes (πολύψηφοι ou polypsephoi, beaucoup de voix, littéralement beaucoup de cailloux). Cette interprétation simple présente toutefois quelques difficultés. Les Athéniens commandaient les campagnes de la Ligue et supervisaient le trésor. Athènes mènerait-elle une campagne ou appliquerait-elle une politique contre laquelle ils voteraient? Les alliés pourraient-ils élaborer une politique ou une stratégie sans savoir à l'avance à quoi Athènes pourrait s'engager? Les alliés pouvaient-ils imposer à Athènes une ligne de conduite qu'elle ne souhaitait pas adopter?

Selon l'autre point de vue, Athènes siégeait en tant qu'hégémon à l'une des extrémités d'un congrès bicaméral, tandis que les alliés autonomes se trouvaient à l'autre extrémité. La Ligue de Délos existait essentiellement comme un accord entre deux parties, Athènes et le reste des alliés collectivement. Chacune des deux parties jurait donc d'avoir les mêmes amis et les mêmes ennemis, mais les alliés ne juraient pas de suivre nécessairement Athènes dans toutes les directions qu'elle prendrait. En bref, aucune des deux parties ne pouvait imposer ses décisions à l'autre.

Quelle qu'ait été la forme que les synodes de la Ligue de Délos finirent par prendre, la pratique réelle restait la même: la prépondérance d'Athènes exista dès le départ et son influence s'accrut au fil des ans, tandis que les contributions des alliés diminuèrent, jusqu'à ce que les synodes alliés disparaissent sans qu'il y ait de compte rendu officiel de leur cessation.

En revanche, la ligue de Délos ne connut pas de défections au seuil des campagnes, et elle interdit les guerres privées entre ses membres. Comme ses opérations nécessitaient également une flotte navale active constante et continue pour une période indéfinie, l'alliance exigeait une bureaucratie bien organisée pour collecter et distribuer des paiements réguliers. Athènes mit rapidement en place les mécanismes nécessaires pour garantir la mise en œuvre de toutes les décisions de la Ligue. La Ligue de Délos possédait donc un énorme avantage sur la Confédération béotienne ou la Ligue du Péloponnèse: elle pouvait agir rapidement et de manière décisive avec des ressources considérables.

Premières opérations de la ligue

La première phase des activités de la Ligue de Délos commença par ses premières opérations contre l'Empire perse et se termina par la victoire décisive des Grecs sur les forces perses sur l'Eurymédon (vers 479/8-465/4 avant notre ère). La Ligue poursuivit des objectifs vigoureux contre les empiétements perses dans la mer Égée: des campagnes militaires grecques unifiées - ou coopératives -, menées principalement par l'Athénien Cimon, fils de Miltiade, permirent de récupérer des poleis dominées par les Perses et de libérer des régions de la Grèce du Nord et de l'Asie mineure.

Néanmoins, les premiers signes inquiétants de désaccords internes et de fractures au sein de la Ligue, ainsi que la volonté d'Athènes de défendre puis d'utiliser la contrainte contre d'autres membres, apparurent également à cette époque très précoce. La Ligue choisit d'abord de s'emparer d'Eion, une polis stratégiquement située le long de la route d'invasion de Xerxès, ainsi que de l'île de Skyros. En éjectant les pirates dolopes basés à Skyros, la Ligue "libéré la mer Égée" (Thuc. 1.98.1 ; Diod. 11.60.2; Plut. Vit. Cim. 8.3-6). Les campagnes ultérieures de la Ligue permirent de chasser les garnisons perses de Thrace et de Chérsonèse et d'étendre les possessions helléniques le long des côtes occidentales et méridionales de l'Asie Mineure (régions de l'Ionie et de la Carie).

En conséquence, les premières années d'existence de la Ligue furent extrêmement bénéfiques pour les petits poleis de la mer Égée, en particulier les îles. Le commerce maritime se développa considérablement et les opérations navales constantes permirent aux Grecs des poleis les plus pauvres de fournir un service bien rémunéré. Le nombre de membres de la Ligue atteignit bientôt près de 200 poleis, mais l'alliance contraignit ouvertement Carystos (à l'extrémité sud de l'Eubée) à la rejoindre vers 472 avant notre ère. Carystos avait une réputation ternie de sympathisant mède pendant les guerres perses et souhaitait rester neutre et ne pas payer de tribut. Les Athéniens firent valoir qu'aucune polis ne devait bénéficier de la Ligue sans en partager le coût. La plupart des membres de la Ligue étaient d'accord.

La prise de Naxos

L'île de Naxos, pour des raisons inconnues, tenta de se séparer de l'alliance vers 467 avant notre ère. Son assujettissement entraîna un changement dans la composition de l'alliance qui n'avait pas été anticipé lors de sa formation. Les Athéniens "Puis Athènes assiégea et prit Naxos qui s'était révoltée, elle devint ainsi le premier état sujet d'Athènes." (Thuc. 1.98.4). La majorité des membres de la Ligue semblent néanmoins avoir compris qu'ils ne pouvaient tolérer les défections ou les rébellions unilatérales, sous peine de voir la Ligue elle-même se désintégrer rapidement et anéantir tous les avantages acquis.

Les serments d'allégeance comporteraient désormais un nouveau mot, l'obéissance. En d'autres termes, l'assujettissement de Naxos créa un précédent que les Athéniens utiliseraient pour le reste de l'existence de la Ligue: l'utilisation de la force pour assurer le respect des règles.

Bataille de l'Eurymédon

Cimon continua de diriger une force de la Ligue de Délos de 300 trières à l'est: 200 Athéniens et 100 contingents alliés. Il navigua le long des côtes de Carie et de Lycie, saccagea et prit certaines poleis, chassa les garnisons perses d'autres poleis, et fit adhérer nombre d'entre elles à la Ligue. Il poursuivit les Mèdes sans relâche.

Les Perses rassemblèrent une importante flotte phénicienne près de Chypre. Cimon rassembla ses forces sur le promontoire de Triopia. Après avoir pris Phasélis, il navigua directement vers le fleuve Eurymédon en Pamphylie, puis attaqua et défit immédiatement la flotte phénicienne ainsi que les renforts envoyés de Chypre - détruisant ou capturant près de 200 navires. Cette victoire se révéla sans appel.

Cet article fait partie d'une série sur la Ligue de Délos :

Supprimer la pub
Publicité

Bibliographie

World History Encyclopedia est un associé d'Amazon et perçoit une commission sur les achats de livres sélectionnés.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Christopher Planeaux
Lectured in Classical Studies for 15yrs. Published articles on the dramatic settings for Plato's Dialogues & Ancient Greek History. Offered papers at conferences in North America & Great Britain. Area of expertise includes Greek History 600-300 BCE.

Citer cette ressource

Style APA

Planeaux, C. (2016, septembre 13). Ligue de Délos 1: des Origines à la Bataille de l'Eurymédon [The Delian League, Part 1: Origins Down to the Battle of Eurymedon (480/79-465/4 BCE)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-946/ligue-de-delos-1-des-origines-a-la-bataille-de-leu/

Style Chicago

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 1: des Origines à la Bataille de l'Eurymédon." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 13, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-946/ligue-de-delos-1-des-origines-a-la-bataille-de-leu/.

Style MLA

Planeaux, Christopher. "Ligue de Délos 1: des Origines à la Bataille de l'Eurymédon." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 13 sept. 2016. Web. 20 juil. 2024.

Adhésion